point de vue

mardi 14 juillet 2015
popularité : 12%

Depuis quelques siècles, les hommes, les animaux et les plantes ont subit des modifications de leurs conditions de vie.

L’être humain à prouvé qu’il était capable de contrôlé les races par l’insémination artificielle des reines. Comme pour les plantes, qui grâce à des croisements improbable et un arsenal de produits phytosanitaire, arrive a obtenir des rendements inimaginable. L’homme a fabriqué des colonies d’abeilles avec de grosses populations, qui produisent de grandes quantités de miels mais qui en même temps sont devenues très fragiles faces aux maladies et incapables de résister seules à la période hivernale sans l’apport de sirops ou pates protéinées quelconque à outrance. Somme nous à ce point aussi bête pour ne pas nous rendre compte de l’absurdité de nos démarches et de continuer à nous prendre pour le créateur ?

je pense très sincèrement que le mal de l’apiculture moderne vient pour beaucoup de cet état de fait. Si on recherche dans la mémoire collective et que l’on prend appui sur les connaissances anciennes, ont constate que ce que nos anciens avaient mis en œuvre, n’est ni dépassé ni si démodé que ça.

A l’heure d’aujourd’hui aucune apiculture rentable ne peut être effectuée sans élevage de reines, ni cire gaufrée, on voudrait même les faires se développer dans des cellules en plastique !!!!!

Pourquoi de nos jours le fait de respecter les rythmes naturel de l’abeille, que ce soit par le rajeunissement des colonies par l’essaimage et la fabrication des rayons de cires par les abeilles, ne nous permettrait-il pas de pratiquer une apiculture rentable et durable ?

Les abeilles se serait-elles vraiment transformé lors de ces 60 dernières années ou au contraire se serait-elle laissées transformée ?

Par contre je pense que les expériences du passé et celle du présent doivent fonctionner à l’unisson.


Commentaires

Navigation

Articles de la rubrique